le snacking content : du contenu à grignoter

Récemment nous avions abordé l’importance du contenu. Nous vous informions de certains caractères qu’il doit revêtir pour améliorer votre référencement. Nous vous donnions les conseils suivants, votre contenu doit être unique, structuré, de qualité et informatif. Cependant, nous avions éludé un point décisif : sa longueur. Il faut savoir qu’un contenu long est favorisé par Google. En effet, ce dernier accorde une grande importance aux mots. Ce qui veut dire que si il y a beaucoup de matière, il sera tenté de bien vous classer.

Qu'est-ce que le Snacking Content -

C’est pas la taille qui compte !

Cependant, il s’agit de l’avis du moteur de recherche et non celui des lecteurs à qui le contenu est destiné. Parfois, un contenu trop long n’est pas forcément adapté. En effet, la toile pullule d’informations, et les internautes peuvent souffrir d’une surcharge informationnelle aussi connue sous le nom « d’infobésité ». Il s’agit d’une situation où la surinformation est tellement forte qu’elle entrave à la fois l’information, mais aussi sa hiérarchisation. De plus, rédiger un article long c’est aussi la possibilité de s’écarter du sujet.

La solution : le snacking content

C’est en cela que le Snacking Content ou micro contenu s’affiche comme une bonne alternative. Cet anglicisme désigne du contenu court, mais très impactant. Son nom est métaphorique, puisqu’il s’agit d’un contenu qu’on peut consommer vite et facilement comme un plat rapide.

Pour être plus précis, le snacking content a différentes formes. Il peut s’agir d’une image, d’une infographie, d’une courte vidéo ou même d’un texte. Dans le dernier cas, le texte est une brève d’environ 300 mots. Le but est de taper en plein cœur pour capter l’attention.

illustration-snacking-content-2

Une stratégie à utiliser avec modération

Tout comme il est déconseillé de grignoter, il est déconseillé de ne faire que du Snacking Content. S’il permet de taper dans l’œil du lecteur, il ne faut pas oublier qu’il ne permet pas de détailler les choses, d’être précis. Heureusement il existe une astuce que nous trouvons rusée chez Incomm. En effet, vous pouvez tout à fait rédiger un dossier que vous découperez en différents articles. Il permet de faire du contenu court, tout en essayant de traiter en profondeur des sujets complexes.

Cependant, il ne faut pas utiliser le snacking content à tout bout de champ. Il faut y avoir recours en fonction de votre stratégie, mais également en fonction des circonstances. Par exemple, c’est un type de contenu qui a tout à fait sa place sur les réseaux sociaux (Facebook, Google +, Twitter, …). Sur ce type de plateformes il faut capter l’attention et transmettre une information très rapidement, l’instantanéité est reine. En revanche, pour un blog il est préférable d’alterner le snacking content et du contenu plus long. Le snacking content aura pour vocation d’attirer des lecteurs et leur donnera envie de lire des articles plus longs et étoffés.

Pour conclure, n’oubliez jamais de vous mettre à la place de votre lecteur et de savoir ce que vous voulez lui apporter. De ce fait, la forme devra être adaptée au message que vous désirez transmettre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *