Le commerce en ligne convoité par de nouveaux acteurs

A l’occasion de notre newsletter du mois de Juin sur les marketplaces, nous vous expliquions que Google  avait lancé un bouton « buy » dans ses résultats de recherches. Cette fonctionnalité permet aux utilisateurs de smartphones aux Etats-Unis de pouvoir effectuer des achats sans avoir recours aux sites des distributeurs.

Social_ECommerce-copyGoogle : la future référence du m-commerce ?

Le m-commerce est un marché qui se développe peu à peu. Rappelons que le m-commerce peut être défini comme l’ensemble des achats effectués depuis des appareils mobiles (smartphones, tablettes, PDA).

En effet, le m-commerce est un secteur qui tend à se développer. En France, les dépenses concernant le m-commerce devraient augmenter de 89%  au cours de l’année 2015 selon l’étude RetailMeNot réalisée par le Centre for Retail Research (CRR) en janvier 2015, au travers de l’analyse de la croissance des ventes en ligne dans huit pays d’Europe, au Canada et aux USA. Pour le moment, la plupart des ventes en ligne se faisaient depuis un ordinateur (88% en 2014). De plus, la France est encore en retard par rapport à ses voisins européens, mais l’achat sur mobile devrait se développer grâce à l’essor de solutions technologiques comme la géolocalisation et le paiement mobile.

Screen-Shot-2014-10-14-at-7.58.15-AM

Google a pour objectif via cette manœuvre de devenir la place de marché de référence en matière de m-commerce et prendre une longueur d’avance sur Amazon. Avant cette révolution, la seule possibilité d’acheter depuis les résultats de Google était de passer par « Google Shopping » ou « Shop on Google », ces plateformes les renvoyant automatiquement vers le site des distributeurs. Grâce au bouton « buy » l’achat est effectué depuis une seule plateforme, vous serez simplement renvoyé sur une page produit Google sur laquelle vous pourrez finaliser votre commande et choisir votre mode de livraison.

Pour le moment, ce bouton n’est qu’en phase d’expérimentation, mais cette initiative de Google constitue une étape importante et il est essentiel pour l’entreprise de Moutain View de convertir les détaillants. Cerise sur le gâteau, Google a annoncé que les seules sources de revenus proviendraient de la publicité et qu’il ne prendrait pas de commission sur les ventes.

Les réseaux sociaux à l’assaut du e-commerce

Si le m-commerce intéresse grandement Google, le e-commerce est l’objet de convoitises des réseaux sociaux. Ils sont nombreux à vouloir permettre aux socionautes d’acheter en ligne. Sur la même longueur que Google, Pinterest va lancer un bouton buy sur son réseau social. De cette façon certains produits disposeront d’une mention bleue à coté de la mention rouge « pin ». Pinterest à l’instar de Google a décidé de ne pas prendre de commission et de se rémunérer uniquement via la publicité.

pinterestecommerce-nonflat

Cette évolution de Pinterest vers le e-commerce semble plutôt naturelle puisque 70 millions d’utilisateurs actifs chaque mois se rendent sur ce réseau social pour découvrir des produits. Grâce à ses « pins achetés » Pinterest serait un réseau social plus apte à tendre vers le e-commerce que Facebook ou Twitter.

Cependant Facebook essaye d’exploiter le même filon en annonçant il y a peu l’implémentation d’un bouton « acheter » dans les publicités en ligne et sur les pages des entreprises. Le but étant de permettre aux socionautes d’acheter des produits en restant sur Facebook. Cette solution offrirait également la possibilité de stocker ses données bancaires sur le réseau social. Pour plus de sécurité, ces données seront ensuite transmises à un agent de transaction lorsque des achats sont réalisés.

Enfin, Twitter a annoncé vouloir se lancer dans le e-commerce. Une information qui ne date pas d’hier puisque Twitter a multiplié les opérations avec les entreprises telles que Starbucks et American Express pour permettre l’achat de produits via des tweets. De plus Twitter avait déjà essayé d’implémanter un bouton « acheter maintenant » dans le cadre des tweets sponsorisés. Pour finir Twitter a racheté il y a peu la start-up CardSpring spécialisée dans le paiement sur Internet.


6 comments on “Le commerce en ligne convoité par de nouveaux acteurs

  1. cela va donner du fil à retordre aux différents acteurs webmarchand mais bon après il faut exploiter les réseaux sociaux à son encontre puisqu’on les utilise dans la vie de tous les jours.

  2. Marketing dit :

    Et oui, à l’heure où le marché des objets connectés explose, les grands acteurs de l’internet se livrent une bataille sans merci pour se faire une part dans le e-commerce. Les marketers doivent en profiter pour proposer la meilleure stratégie possible, le but étant d’inciter les consommateurs à acheter davantage.

  3. Michel dit :

    Bonjour Incomm,

    Votre article est très intéressant, merci beaucoup.

    Le e-commerce est de plus en plus concurrentiel. Il existe une multitude de plateforme qui se ressemble beaucoup, ce qui rend notre choix difficile. J’aimerais bien trouver un bon comparatif du type Shopify vs Kingeshop, Wix vs Weebly, etc. Cela aiderait sûrement à faire un choix plus éclairé selon nos besoins.

    Merci encore,
    Michel

  4. Léa dit :

    Bonjour,

    De toute façon le m-commerce devient incontournable, c’est à nous de s’adapter et de rendre l’achat en ligne mobile la plus accessible possible pour nos clients. C’est un beau défi !

    Léa

  5. gabriel dit :

    Bonjour, je suis d’accord avec vous Léa, il faut savoir se mettre à jour, le mobile est la voie de l’avenir et ceux qui tardent à s’adapter vont couler… Merci.

  6. Jack dit :

    Bonjour,

    Les grandes entreprises ont peine à faire de l’argent par les réseaux sociaux. Je crois que dans ces circonstances, il faut rester plutôt conservateur et utiliser les bonnes vieilles techniques de vente en utilisant des plateforme de commerce en ligne pour vendre nos produits. Qu’en pensez-vous ?
    Merci,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *